La psychologie de la couleur dans la décoration

Intérieur peint par Philippe Model

Mais que bien peuvent vouloir dire nos couleurs ? Elles possèdent des personnalités bien à elles, elles sont physiques et spirituelles. L’histoire leurs a donné une identité et les modes les utilisent pour rythmer nos envies, elles portent en elles tout un univers… bref les couleurs sont magiques ! Et vous allez enfin savoir pourquoi.

Dans le passé, nos couleurs étaient naturelles, aujourd’hui synthétiques et résistantes à la décoloration, elles se déclinent à l’infini grâce aux procédés industriels. Les couleurs sont presque devenues immortelles. Les tendances textiles ont donc vu leur durée raccourcie et nos goûts pour les couleurs vivent ainsi au rythme des saisons. Attention, heureusement tout n’est pas figé, l’influence de l’histoire, est encore bien présente au creux des tendances !

L’excellent ouvrage d’Eva Heller Psychologie de la couleur – Effets et symboliques, Editions Pyramyd, regorge de belles anecdotes historiques et d’explications bien écrites. Voici donc en quelques extraits, tirés de son superbe livre, la vie de nos couleurs !

Vocabulaire

• La teinte : désigne ce qu’est la couleur, orangée, jaune, rouge, verte…
• 
La valeur : désigne le degré de clarté ou d’obscurité d’une couleur.
• La nuance : est chacun des degrés d’une même couleur.
• Le ton : désigne la modification de la couleur dans sa valeur, ton clair, ton obscur, neutre, transparent, ton chaud, ton froid…
• Tons rompus : tons dont la luminosité est atténuée par l’ajout d’une pointe du ton complémentaires, par exemple un ton jaune rompu avec du violet.
• Tons rabattus : tons dont la luminosité est atténuée par l’ajout de noir.
• Tons pastels : tons dont la vivacité est atténuée par du blanc.

Action et effets des couleurs

• La règle est la suivante : plus une couleur est chaude, plus elle semble proche; plus elle est froide, plus elle paraît éloignée.
• Plus l’intensité de la couleur est forte, plus elle paraît proche; plus l’intensité de la couleur est faible, plus elle paraît éloignée.
• À distance, toutes les couleurs paraissent éteintes et bleutées, couvertes par des masses d’air.
• En journée, l’orange est le plus lumineux, viennent ensuite le rouge, puis le vert et enfin le bleu. Au crépuscule le vert est le plus visible, puis le jaune, le bleu et enfin le rouge.
• Des couleurs inhabituelles permettent d’attirer l’attention sur des choses connues.
• Combinée à du noir, l’aspect positif d’une couleur se transforme en négatif.
• Le noir et le blanc sont les couleurs de prédilection du designer minimaliste, car en tant que non-couleurs, ils ne détournent pas de la fonction des différents objets.
• Toujours dans le domaine du design, la couleur est superflue lorsqu’elle ne sert qu’à répéter la thématique générale.
• Les couleurs influencent nos perceptions de taille et de poids.
• De façon automatique – c’est à dire par expérience – nous nous attendons à ce que les substances ou matières légères se trouvent au dessus des substances ou matières lourdes, de la même manière que, par principe esthétique, les couleurs claires devraient être placées au-dessus des couleurs sombres.

Les couleurs psychologiques contraires

Ce sont les accords de couleurs qui suscitent sur les émotions et le mental les plus forts contrastes.

Rouge / Bleu = Actif/Passif, Corporel/Spirituel
Rouge / Blanc = Fort/Faible, Plein/Vide
Bleu / Marron = Spirituel/Terrestre, Noble/Commun, Idéal/Réel
Jaune ou Orange / Gris = Frappant/Discret
Orange / Blanc = Coloré/Incolore, Voyant/Modeste
Vert / Violet = Naturel/Non naturel, Réaliste/Magique
Blanc / Marron = Clair/Assourdi
Noir / Rose = Dur/Mou, Précis/Diffus, Grand/Petit, Fort/Faible
Argent / Jaune = Frais/Chaud, Discret/Pressant, Métallique/Immatériel
Or / Gris, Marron = Pur/Impur, Noble/Banal, Cher/Bon marché

Le contexte des couleurs

• Pendant des siècles, seules les couleurs pures et vives et difficilement concevables sont considérées comme belles, raisons pour lesquelles elles sont le privilège des rangs élevés, selon la règle suivante : couleurs vives pour les riches, pouvant se les permettent, couleurs sombres pour les pauvres.
• Dès lors que les couleurs vives sont devenues facilement concevables, les riches se sont parés de couleurs plus ternes.
• Les tons pastels de la période rococo ne sont pas simplement obtenus à partir de couleurs fondamentales éclaircies par du blanc; il s’agit de mélanges complexes toujours composés de plusieurs couleurs, preuves de la perfection atteinte par l’art de la teinturerie à cette époque.
• Certaines couleurs avant d’être obtenues par synthèse furent tirées de l’oxydation produite par l’urine humaine ou animale ! Le bleu indigo était obtenu à partir d’urine humaine (le meilleur résultat était issu d’urines d’hommes saouls) ou à partir d’urine animale, comme le jaune indien, issu d’urine de vaches nourries aux feuilles de manguiers et auxquelles on donnait peu à boire.

Le bleu

Bleus de Ressource
Les bleus

Photographies © EKL

• En décoration intérieure, le bleu donne une impression de froideur car il semble laisser pénétrer le froid dans la maison. Effet intéressant dans les pays chauds où l’impression de fraîcheur suscitée par le bleu peut être bienvenue.
L’outremer est la couleur la plus onéreuse de l’histoire. Il est fabriqué à partir du lapis-lazuli, pierre semi-précieuse.
• L’indigo quand à elle, a toujours été une couleur bon marché, couleur du quotidien.
• Tandis que l’indigo d’Aldolf von Baeyer, bleu extrêmement pur, était plus cher que l’or
• Bleu azuréen, bleu profond, bleu céleste, bleu Chagall, bleu cobalt, bleu royal, bleu de Berlin, bleu de Saxe, bleu de minuit, bleu des mers du Sud, bleu touareg, bleu hortensia, bleu Klein, bleu lavande, bleu fumée, bleu indanthrène…

Le rouge

Les rouges
Les rouges

Photographies © EKL

• Le pourpre rouge est obtenu à partir de cochenilles femelles, les cochenilles kermès ou cochenilles du chêne.
• Dans les endroits où la chaleur menace la vie, le rouge devient la couleur démoniaque. Dans les pays froids, où les hommes aspirent à la chaleur, le rouge ne possède que des significations positives.
La combinaison rouge-violet ou rouge-rose n’a jamais joui d’une grande popularité, dans la décoration comme dans la mode, mis à part en peinture. En revanche si vous l’utilisez avec toute conscience cela donnera le résultat d’une idée de séduction raffinée.
• Rouge rubis, rouge alizarine, rouge chinois, rouge incarnadin, rouge cuisse de nymphe, rouge passe-velours, rouge fraise écrasée, rouge zinzolin, rouge opéra, rouge de Chine, rouge cochenille, rouge grenat, rouge garance, rouge érythrosine…

Le jaune

Les jaunes
Les jaunes

Photographies © EKL

• De toutes les couleurs, le jaune offre la meilleure visibilité de loin.
• Quelques traces de saleté suffisent à ôter au jaune toute sa brillance et à lui faire prendre des teintes marron et grises. Le jaune pur est une couleur de la nouveauté; le jaune sale, quand à lui, est également appelé « jaune vieilli ».
• Vincent Van Gogh peignait au jaune de chrome, bien moins cher que le jaune de cadmium en raison de sa haute teneur en plomb et en souffre, particulièrement toxiques. Or les couleurs les moins onéreuses souffrent grandement de la décoloration; ne restent des jaunes et oranges vifs utilisés par le peintre sans sous, que des tons pâles tirant sur les verts ou les marrons.
• Pour la plupart des designers, le jaune reste délicat à manier et à harmoniser, car les couleurs d’accompagnements peuvent facilement susciter un accord chromatique négatif.
• Jaune blé, jaune aurore, jaune de Vérone, jaune quercitron, jaune mimosa, jaune Goya, jaune or, jaune du Cambodge, jaune curry, jaune de Mars, jaune de Strontiane, jaune Sahara, jaune fauve, jaune safran…

Le vert

Les verts
Les verts

Photographies © EKL

• Dans les anciennes théories de couleurs, le vert appartenait aux couleurs primaires, dont la catégorisation ne dépendait pas, comme aujourd’hui, de leur obtention, mais de leur impact psychologique.
Le vert constitue la plus stable des couleurs. Si une pointe de bleu suffit à transformer le jaune en vert, ce dernier en revanche, peut contenir toutes les couleurs – blanc, noir, marron, rouge – et rester malgré tout vert.
• L’aspect naturel du vert ne dépend pas de la nuance de vert, mais des couleurs avec lesquelles le vert est combiné. Cet effet naturel est le plus marqué avec le bleu et le blanc, couleurs du ciel, et le marron, couleur de la terre. Au vert naturel s’oppose, sur le plan psychologique, le violet artificiel.
• Le vert sur les étoffes brillantes attire tous les regards et évoque plutôt l’extravagance que l’élégance. Pour résumer, le jour, le vert paraît commun; le soir, ostentatoire.
Le vert est la couleur du fonctionnel par excellence.
• Le vert standard, vert foncé tirant sur le gris; est considéré comme la couleur la plus agréable pour les yeux sur une longue durée, raison pour laquelle elle est employée pour les tableaux des salles de classe.
• Vert alexandrite, vert malachite, vert anglais, vert amande, vert d’eau, vert menthe à l’eau, vert jungle, vert smaragdin, vert tourmaline, vert-de-gris, vert phtalo, vert feuillage…

Le noir

Les noirs
Les noirs

Le noir le plus profond, sur une matière, est celui existant sur du velours.
• Dans une pièce, des meubles noirs dominent; ils semblent lourds et imposants. En raison du contraste fort avec leur environnement, le noir semble anguleux et dur. Ces caractéristiques dues à un effet optique s’exportent aux objets eux-mêmes qui se voient dès lors dotés des mêmes propriétés. Ainsi un canapé noir semble plus dur, moins confortable qu’un sofa clair.
• Des meubles noirs paraissent vite usés, dans la mesure où les rayures et éraflures ressortent particulièrement.
• Le noir concentre son effet sur les limites de l’objet. L’effet du noir est toujours plus intense que l’effet du blanc car l’impression produite par le noir est toujours plus forte.
• Pour les objets luxueux, l’abandon de la couleur constitue naturellement le luxe suprême. La couleur doit disparaître également pour laisser place à la technique.
• Le noir d’un objet le fait paraitre plus lourd, plus solide.
• Plus les personnes avancent en âge, moins elles aiment le noir.
• Noir aile de corbeau, noir nocturne, noir ébène, noir carbone, noir asphalte, noir terre de Cassel, noir fuligineux, noir réglisse, noir ténébreux, noir d’oxyde de fer, noir tourmaline, noir poussière de zinc, noir obsidienne…

Le blanc

Les blancs
Les blancs

• Bien que le blanc – pour les murs ou les papiers muraux – constitue la couleur préférée pour les pièces à vivre, les chambres d’hôtel aux murs blancs semblent souvent peu accueillantes. Car un environnement n’est perçu comme agréable que si le blanc est « cassé » par les taches de couleurs des objets personnels et familiers.
• Associé au gris, le blanc renvoie à l’insensibilité.
Même le blanc le plus éclatant est une couleur froide.
• Blanc neige, blanc émail, blanc plâtre, blanc porcelaine, blanc marbre, blanc lune blanche, blanc diamant, blanc lacté, blanc coquille d’œuf, blanc craie, blanc crème, blanc d’Espagne, blanc de lithopone, blanc pur…

Le violet

Les violets
Les violets

Couleur la plus rare de la nature, le violet symbolise aussi l’artificiel et le non-naturel.
• Le violet fut la première couleur synthétisée en 1856.
• Violet orchidée, violet bleuté, violet myrtille, violet lilas,violet bruyère, violet mauvéine, violet colombin, violet bougainvillée, violet de colbat, violet magenta acra, violet héliotrope, violet orcanette…

Le rose

Les roses
Les roses

• Tout ceux qui dédaignent le rose en raison de sa connotation typiquement féminine seront peut-être étonnés d’apprendre que, dans la tradition ancienne, le rose était une couleur masculine.
• L’aspect artificiel du rose se voit renforcé lorsqu’il est combiné au violet et à l’orange, ainsi qu’à l’or et à l’argent.
• Les objets en fushia commencent, à tort, à être associé à des produits bon marché, voire de qualité médiocre.
• Rose tendre, rose layette, rose framboise, rose chair, rose vif, rose abricot, rose azalée, rose incarnadin, rose cuisse de Nymphe…

Or

Or
Les dorés

• L’or est apparenté au champ chromatique du jaune. Toutefois, sur le plan de la symbolique, cette couleur occupe une place bien particulière. L’or renvoie d’abord au métal éponyme.
La nuance de l’or est déterminée par les autres métaux composant l’alliage. L’or jaune est généralement allié à de l’argent et du cuivre, l’or rouge avec un alliage en cuivre, l’or blanc avec l’alliage du palladium et du nickel, l’or vert obtenu avec de l’argent et du cadmium, enfin, l’or bleuté, résultat de l’alliance avec l’acier.
L’or fondu est de couleur verte.
• Les tentatives de fabrication de l’or menèrent à deux découvertes : celle du phosphore en 1669, à partir de l’urine, et celle de la porcelaine en 1710, également nommée « or blanc ».
• L’or, en raison de son éclat, semble léger, alors qu’il est le métal le plus lourd.
• Dans la vie courante, l’or n’est qu’une couleur d’ornementation.
• L’or, métal tendre, est associé à des formes rondes.
• La publicité a joué un rôle considérable dans la banalisation de l’or, de sorte que cette couleur, aujourd’hui, prend aussi des connotations petit-bourgeois. L’or combiné à du jaune (le faux jaune) forme l’accord chromatique de la vantardise, tandis qu’associé au blanc et au bleu, forme l’accord chromatique de l’idéal.
• Or antique, or laiton, or bronze, or cuivre jaune, or patiné, or platine, or rose, or bleu, or gris, or blanc, or, jaune, or blond, or citron…

Argent

Les argentés
Les argentés

• L’argent est perçu comme une couleur dure aux formes anguleuses.
• Les miroirs contiennent une couche d’argent, car aucun matériau ne réfléchit mieux la lumière que lui.
• Argent titane, argent chromé, argent antique, argent aluminium, argent blanc, argent blond, argent lamé, argent noir argenté, argent vieil-argent acier, argent bleu, argent standard…

Marron

Les bruns
Les bruns

• Toute couleur combinée à du noir donne du marron.
• Comme il s’agit d’une couleur obtenue du mélange à partir de toutes les autres, elle s’harmonise avec tout.
• Dans la décoration intérieure, le brun possède de nombreuses connotations positives et symbolise le naturel. Le brun renvoie à des matériaux rustiques et naturels comme le bois, le cuir, la laine. Les pièces décorées de bois brut, paraissent plus petites, mais aussi confortables et sécurisantes.
En décoration d’intérieur, il est préférable d’éviter l’association marron-noir, le marron paraissant dans ce cas lugubre.
• Beaucoup de couleurs, comme le rouge, le jaune et le bleu, juxtaposées au marron perdent de leur éclat.
Couleur la moins aimée, le marron tire ce statut du Moyen Âge, couleurs des pauvres et des mendiants.
• Marron châtaigne, marron halé, marron ambre jaune, marron pain d’épice, marron caramel, marron Terracotta, marron chevreuil, marron pelure d’oignon, marron ragondin, marron rouille, marron écureuil, marron gris de Maure marron carmin brûlé, marron terre d’ombre…

Gris

­

Les grisés
Les grisés

• Le gris est la couleur du conformisme.
• Le gris s’adapte aux couleurs qui l’avoisinent. La perception de l’intensité de sa nuance claire ou foncée dépend davantage des couleurs qui l’entourent que de sa teinte propre.
• Toutes les matières qui existent en blanc semblent de moindre valeur en gris et prennent un aspect brut et non travaillé. Ainsi le marbre gris semble de moindre qualité que le blanc, tout comme le vison ou la porcelaine.
• Aucun article luxueux n’est commercialisé dans un emballage gris. Le gris constitue une couleur sans caractère et reflète la modestie.
• Aujourd’hui, le gris ne constitue pas vraisemblablement l’origine des couleurs, mais leur fin.
• Gris ardoise, gris métallisé, gris orage, gris flanelle, gris aurore, gris vert-grisé, gris asphalte, gris éléphant, gris crépuscule, gris de novembre, gris tourterelle, gris Payne, gris rubican…

Conclusion

Toutes ces règles sont utiles à apprendre et à exploiter, surtout quand on est décorateur ou designer. Seulement il existe une règle bien plus importante que toutes les autres : adapter les règles à la personnalité du maitre d’ouvrage. Les couleurs sont psychologiques autant que la décoration peut être thérapeutique et un bon décorateur est aussi un bon psychologue. Les couleurs sont donc historiques, matérielles, symboliques, psychologiques, à effet optique, et enfin elles peuvent être choisies avec harmonie ! « Longue vie à nos couleurs chéries ! »

Comme le soulignait Henri Matisse : « La peinture ne cherche pas à colorier des formes, mais à former des couleurs. »


Commentaires fermés.